Répétition publique du solo de danse « 1mm3 » de Omaris Mariñas vendredi 6 septembre 2019 à 19h

IMG_7650_DxOCet été, le studio Le Chai a accueilli en résidence de création Omaris MARIÑAS, chorégraphe et danseuse du Panama installée à Denée depuis peu.
Vendredi 6 septembre à 19H au studio Le Chai, Omaris nous accueille pour une répétition publique de son travail en cours, le solo 1mm3 (un millimètre cube).
D’une durée de 20 mn environ, suivi d’un échange pour ceux qui le souhaite. Entrée libre, venez nombreux!

 

1mm3 (un millimètre cube) 

Une ville qui grandit à un rythme accéléré. Une mémoire collective qui s’effaceUn choc imposé à la communauté.Des espaces verts de plus en plus réduits, des édifices toujours plus hauts. Des prix immobiliers qui s’enflamment…

1mm3 est un projet chorégraphique en Solo, une suite logique et approfondie d’une œuvre précédente réalisée en 2015 au Panama : 1mm2 (1 millimètre carré).

1mm3 continue l’exploration de la thématique traitée métaphoriquement dans 1mm2, à savoir la démesure urbaine des villes en général et de Panama City en particulier, et ses conséquences traumatisantes pour la communauté et l’individu, en offrant cette fois une démarche plus complète du travail physique et de la proposition scénique. Dans 1mm3, nous cherchons à mettre en évidence la notion de « volume » dans un espace restreint, sachant que nous avions abordé celle de « surface » dans 1mm2.

Choreographie et danse:  Omaris Mariñas
Composition musicale: Frédéric Filaire

Omaris MARIÑAS
omarismarinas@gmail.com

Compagnie Wa·táa
www.wa-taa.org

FR +33 (0)6 02 33 79 62 (calls)
PMA +507 65267778 (whatsaap)

Résidence de création « Soeurs Santiag »de la Cie Osteorock

dsc_0204La Cie Osteorock est actuellement en résidence au Chai pour la création du duo « Soeurs Santiag« , projet soutenu par le dispositif PJP49 (Partenaires jeune public 49) qui verra le jour en octobre 2017.

Une épopée onirique, burlesque et dansée par Carole Bonneau et Hélène Maillou, sur le thème de la fraternité : un face à face initiatique en plusieurs rounds, au cœur d’un désert qui devient piste de cirque.

Dans un espace scénique circulaire, évoquant un univers désertique, aride, comme découpé au compas:
Une succession de rituels décalés, tendres ou burlesques, tels des rounds où les corps se cherchent, s’affrontent, s’opposent, se comblent, au cours d’un duel empreint de respect grandissant pour son partenaire.

De ce jeu se dessinent progressivement des règles absurdes, maîtrisant toute l’énergie animale au potentiel agressif des protagonistes. Round après round, leurs egos se consument pour laisser place à toute la joie d’un élan fraternel.

Le dernier round se jouera avec l’implication physique du public.